Accueil Communication Expression du Maire DISCOURS DE CEREMONIE DES VŒUX 2013
logo_facebook

Portail Famille
DISCOURS DE CEREMONIE DES VŒUX 2013 PDF Imprimer

Le 11 Janvier 2013

 

Merci à Frank DUFAURET pour ses vœux. Des vœux qui en sa qualité de DGS de la Ville de Cerizay, participent à la reconnaissance de l’action publique initiée au service des cerizéens et qui permettent de mettre en lumière ceux, qui dans l’ombre tout au long de l’année, vous rendent le service public, je pense ici aux agents municipaux.

Permettez-moi à mon tour au nom de l’équipe municipale de vous adresser à chacun et chacune d’entre vous, à vos familles et à vos proches, tous nos vœux pour cette nouvelle année 2013.

Que 2013, apporte des moments d’espérance pour ceux qui sont dans l’angoisse, des moments de joie pour ceux qui sont dans le désarroi, de santé pour ceux qui sont dans l’épreuve, de courage pour ceux qui sont dans le doute.




Attentifs à tout ce qui peut créer du lien entre nous, à ce qui peut nous rassembler et nous unir, nous veillons à faire de cette cérémonie de vœux, toujours un moment précieux et particulier de la vie cerizéenne…

…. Considérant que cette cérémonie au-delà de son caractère conventionnel et rituel, contribue également à renforcer ce lien entre nous.

-         un lien indispensable, pour construire Cerizay avec vous, pour relever collectivement les enjeux et les chantiers d’une ville comme la nôtre.

-         un lien également nécessaire, pour savoir aussi dépasser l’échelle de notre ville, avoir un regard sur le monde qui nous entoure et affronter ensemble les grands défis de notre époque.

 

Aussi, encore une fois merci à vous d’être venu nombreux ce soir à cette cérémonie de vœux.

Cette assistance importante :

-         Je le prends comme d’un attachement à cette cérémonie bien sûr, mais je veux y voir plus qu’une présence de bonne convenance.

-         Je le prends également, comme un attachement particulier à VOTRE ville Cerizay

-         Je le prends aussi comme un signe : celui d’une capacité à savoir se rassembler quand les circonstances nous y invitent

-         Je le prends enfin, permettez moi cette interprétation, comme un message : celui d’un soutien et d’un encouragement, à l’action que nous conduisons avec mes collègues élus municipaux, au service de Cerizay et de ses habitants depuis maintenant 5 ans.

Depuis 5 ans justement… vous adresser des vœux chaque nouvelle année, pourrait s’apparenter à un exercice désormais bien rodé, réduit à un copier coller des années précédentes, à un propos qui a quelques virgules près serait quasi identique à celui déjà prononcé l’année dernière.

Il n’en n’est rien.

Dans un contexte en forte mutation, dans une époque mouvementée et perturbée ; où beaucoup de nos repères et de nos vérités vacillent ; où le temps n'est plus aux certitudes mais aux inquiétudes ; où trop d'aléas, trop d'inconnues rendent l'avenir difficile à entrevoir…formuler des vœux est devenu un exercice hasardeux.

Un exercice qui consiste à parler d’une année 2013 que l’on ne connaît pas encore,  à l’imaginer sans la craindre,  à la promettre sans la rêver,  à la désirer sans en ignorer pour autant ce qui en sera certainement, sa dure réalité.

 

Sa dure réalité.  Car selon tous les spécialistes, nos gouvernants mais aussi les médias, l’année 13 de l’an 2000 ne sera pas faite que de petits bonheurs,  mais s’entrevoit plutôt comme un chemin semé d’épreuves avec des perspectives maussades.

La crise « n’en finit plus de ne pas finir ». Les éclaircies tardent à venir. Depuis 2008 maintenant, la crise poursuit sa route, inexorablement ; ne connait aucun répit ; aucun oubli (sauf ceux qui ont les moyens de s’enfuir) et n’épargne aucun territoire.

Y compris chez nous, dans notre bocage souvent préservé, certains indicateurs commencent à inquiéter.

Même habités d’un optimisme à toute épreuve, ces rappels incessant à la réalité, nous inviteraient presque :

-      à de la retenu, à de la prudence et à des vœux mesurés

-      à brider notre imagination et nos ambitions

-      à remettre à plus tard nos espoirs de lendemains meilleurs

-      et à enterrer nos rêves

 

Pourtant.    Pourtant, c’est dans les périodes les plus difficiles, quand les doutes sont nombreux,  quand les limites sont vite atteintes,  quand le souffle de l’espoir est mince, que l’on a envie d’avoir les vœux les plus grands et les rêves les plus forts.  Des vœux, des rêves, pour renverser le temps, faire basculer notre époque et changer le monde.

Le monde.  Parce que nous sommes d’abord,  des « citoyens du monde ».

Des vœux, des rêves d’abord pour le monde. Des vœux pour un monde meilleur.


-         le vœu par exemple, que dans un grand pays, aux Etats-Unis d’Amérique, un président nouvellement réélu, ait le courage politique d’interdire la vente d’armes      et stopper ainsi,   les images de massacres d’enfants qui déferlent sur nos écrans…mais qui ne sont pas seulement des images.

-         le vœu que les printemps arabes, dont nous nous sommes tous félicités hier, des ouvertures démocratiques, ne retombent pas demain, entre les mains de régimes obscures… comme cela semble malheureusement se dessiner.

-         le vœu de voir la fin du sinistre régime syrien et de son dictateur, et avec lui, celui du calvaire de son peuple que nous découvrons chaque soir comme un mauvais feuilleton… et dont le dénouement tarde trop à venir.

-         le vœu, que 2013 soit l’année où les Etats s’engagent à mettre fin à la pauvreté et la famine dans le monde, et viennent en aide à notre planète, qui elle aussi, souffre du pillage de ses ressources.

DES VŒUX  DES REVES un peu plus près de nous  maintenant.

DES VŒUX POUR L’EUROPE, parce que nous sommes aussi des « citoyens européens ».


Des vœux pour que l’Europe, qui a été un rêve, continue de nous faire rêver… au lieu de nous désespérer.

Le vœu de voir ses dirigeants surmonter leurs divisions, pour ré-enchanter « l’idée européenne » : celle qui nous protège des guerres d’hier,  mais qui n’arrive pas, à nous protéger des conflits d’aujourd’hui : les difficultés économiques, la récession, le chômage… qui pourtant font de nombreuses victimes.

 

DES VŒUX POUR LA FRANCE (autorisons-nous !) : que 2013 ne soit pas l’année du déclin… mais l’année du déclic.

L’année du déclic, pour qu’au temps long, trop long, de la crise se substitue rapidement le temps du changement : celui d’un nouveau modèle de société plus juste, plus solidaire, plus humain et plus durable.

Mais du déclic aussi pour les Français : pour qu’ils se ressaisissent et qu’ils arrêtent de se passionner et s’émouvoir sur le sort d’un acteur qui voyage, mais qui ne sait plus où atterrir entre la France, la Belgique, la Russie, la Sibérie avant-hier, la Suisse hier et demain de nouveau peut-être la France,…

… mais qu’ils indignent plutôt, du sort de 3 millions de nos concitoyens qui n’ont eux, que pour seule destination et horizon, celui de Pôle Emploi.

 

DES VŒUX DES REVES  pour nous, chez nous à Cerizay :

Plus que des vœux, plus que des rêves : faire de 2013 « une année volontaire ».

En dépit des inquiétudes et des turpitudes faire de 2013 une année pleine de volontés, une année mobilisée et engagée pour forcer le destin et continuer d’avancer.

 

-         Une année volontaire avec les acteurs économiques :

Pour continuer de croire dans le potentiel industriel de notre commune.  Même si des interrogations subsistent, nous pouvons aussi saluer :

-   les développements des entreprises cerizéennes Etiquettes FAZILLEAU, EGDC, Groupe ROUGER et CETP qui chacune vont s’agrandir et créer de l’emploi.

-         l’implantation au cours de l’année 2012 de la société MTI dans l’ancien bâtiment CSV qui va retrouver une seconde vie économique

-         l’innovation de la société JDM qui a présenté un nouveau véhicule cette semaine

-         Saluer également la coopération entre l’entreprise Heuliez et Eurocopter qui a permis la création d’une nouvelle entreprise HAS d’une 50aine de salariés.

- Dans ce volontarisme économique la Ville de Cerizay prend sa part à travers ses investissements, ses projets, ses chantiers, ses études.

En 2012     2,5 M€ de travaux ont été investis par la Collectivité, autant d’opportunités pour les entreprises et les artisans locaux.

Il en sera de même en 2013.

 

-         Une année volontaire pour l’éducation des enfants :

- Avec la mise en œuvre pour la prochaine rentrée scolaire d’un « plan équipements numériques » pour l’école primaire Perochon, permettant de développer de nouvelles pratiques pédagogiques et éducatives… et de soutenir ainsi, l’apprentissage des enfants et leur accès aux savoirs.

- Avec les actions d’éducation à la culture et à l’environnement initiées par la Ville auprès des jeunes scolaires…. grâce auxquelles, durant l’année :

- 180 enfants participeront à des activités d’éveils à des pratiques artistiques

- et 120 à des sorties découverte environnement sur notre territoire

- Avec la volonté dès que les conditions seront réunies, de s’engager dans la réforme du rythme scolaire : pour modifier dès la rentrée 2013, la semaine de 4 jours que nous avions dénoncée en son temps, et intégrer l’aménagement de la semaine de 4,5 jours, plus respectueux du rythme de l’enfant.

 

-         une année volontaire en matière de prévention et de solidarité

-    Avec le maintien du dispositif de réussite éducative, pour soutenir les enfants en fragilité scolaire ainsi que leurs parents.

-         Avec le lancement dès février 2013, de l’étude de création d’une « Maison de santé pluridisciplinaire » afin de prévoir sa réalisation en 2014. Projet sur lequel, plusieurs professionnels de santé sont mobilisés.

-         Avec le Conseil Général des Deux-Sèvres,  en vue d’implanter au sein du bâtiment de la Résidence du Bocage l’ensemble des services médico-sociaux présents sur le canton.

 

-         une année volontaire auprès des personnes âgées :

-         Auprès des aînés avec la rénovation complète du foyer Victor Hugo qui se termine.

-         Auprès de ceux qui représentent le « grand âge », avec la construction des « Logis de la Cressonnière » : 9 résidences adaptées aux personnes âgées proches de la maison de retraite et de ses services.

-         Avec la création d’un « espace de santé motricité » destiné aux personnes âgées toujours à proximité de la Cressonnière.

 

-         Une année volontaire également pour le développement de l’habitat :

-    Avec la poursuite de la rénovation urbaine du quartier de la Herse… chantier ouvert en 2008 et qui nous entraînera jusqu’à l’horizon 2015…

Chantier qui se traduira durant l’année 2013, par la création de 20 nouveaux logements livrés aux mois d’avril - mai   et le lancement de la dernière tranche de travaux,  marquée par la destruction des pavillons et la construction de 12 futurs locatifs, ainsi qu’une maison de quartier.

-         Toujours sur 2013 et toujours en matière d’habitat : avec l’ouverture dans les prochains mois d’une réflexion sur le devenir du quartier HLM de la Gourre d’or créé il y a maintenant près de 50 ans…

Avec Habitat Nord Deux-Sèvres la municipalité a décidé de s’associer pour lancer une étude sur le renouvellement urbain de ce quartier : Quels bâtiments détruire ?  Combien de locatifs reconstruire ?  Quelle occupation de l’espace sur le site ?  Comment accompagner la population ?  Telles sont les questions auxquelles devra répondre cette étude qui débutera sur le 1er semestre 2013.

-    Sans attendre, avec Habitat Nord Deux-Sèvres, nous lancerons dès ce début d’année la création d’un nouvel espace habitat rue de la Gourre d’or. 11 nouveaux locatifs seront en construction avec une mise en service pour la fin de l’année.

 

-         Une année volontaire toujours,    pour améliorer votre cadre de vie

-    Avec la poursuite,  des travaux d’amélioration du centre ville :

Après des travaux importants réalisés en 2012,  nous poursuivrons l’embellissement du centre ville avec la création, dans les prochains mois, d’un « programme de colorisation des façades » dans lequel la collectivité s’engagera financièrement.

-    Avec l’amélioration du cadre de vie dans les quartiers : avec cette année une priorité sur celui du Plessis

 

-         Une année volontaire plus que jamais, pour œuvrer au développement durable :

-         Avec la poursuite du programme de rénovation des bâtiments municipaux, associé à l’amélioration de leur performance énergétique, source d’économie. Un programme de plus de 300 000 € qui nous engage jusqu’à fin 2014.

-         Avec la création d’un espace « jardins collectifs écologiques » sur le site de la Herse, sur lequel, se dessine progressivement un éco-quartier.

-         Avec la création d’un parcours accessible et pédagogique sur le patrimoine arboré du site du Puy Genest avec la participation des collèges de Cerizay.

-         Avec l’étude,  de dépollution de l’étang de Puy Genest pour la continuité du sentier la Reine des Prés.

-         Avec surtout, le lancement de la création d’un réseau de chaleurs bois qui alimentera les bâtiments de la piscine Aquadel, des Ateliers Beau, de la Résidence du Bocage, des salles de sports Léo Lagrange et Rabouant, jusqu’au collège Clémenceau… avec une mise en service prévue l’année prochaine.

 

-         Une année volontaire aussi,  pour la vie culturelle sportive et associative :

-           Avec la rénovation des équipements sportifs : après la réfection des terrains de tennis et de la salle Léo Lagrange refaits à neuf et rendus entièrement accessibles,  2013 verra débuter le chantier de la rénovation de la salle de sport Paul Rabouant.

-         Avec la mise en œuvre d’un « Forum associatif » qui se tiendra au mois de septembre 2013, et qui rassemblera toutes les forces associatives et bénévoles de notre commune…. pour que de nouvelles volontés s’engagent à leur côté.

 

-         Une année volontaire, il en faudra : pour une nouvelle organisation de notre territoire du bocage bressuirais :

Dans quelques mois : le Conseil municipal de Cerizay aura à se prononcer sur la création d’une Communauté d’Agglomération du bocage bressuirais.

43 autres communes, représentant un territoire de 73 000 habitants en feront de même.

L’ensemble des structures intercommunales, communauté de communes et divers syndicats vont disparaitre pour mieux réapparaître, en une seule et même structure.

Sur bien des domaines, notre seule dimension communale, ne suffit plus pour construire notre AVENIR COMMUN  et  répondre aux DEFIS DE DEMAIN.

L’intercommunalité, autrement dit le regroupement de communes, prend une place prépondérante dans notre vie quotidienne : Le développement économique, la gestion de nos déchets, l’approvisionnement en eau potable, la culture, les espaces aquatiques,… sont le fruit d’une gestion collective entre plusieurs communes.

 

A la recherche de nouvelles formes de solidarité, de collaboration et de complémentarité, 44 communes ont fait le choix de travailler à se regrouper au 1er janvier 2014 au sein d’une Communauté d’Agglomération.

La tâche est grande ; la complexité est grande, les défis son grands ; ils sont à la hauteur des enjeux, qui eux, sont immenses.

Celui de sortir des intérêts particuliers pour passer à une communauté d’intérêts

D’œuvrer à la complémentarité des territoires, plutôt qu’à leur concurrence

Sortir des différences, pour offrir une équité de traitement à la population

 

Mais aussi pour chacune des communes :

Celui de ne pas disparaître, mais mieux exister

De ne pas être affaibli, mais d’être renforcé

De prendre en compte la centralité, mais aussi la ruralité

De ne pas s’éloigner, mais garder la proximité avec les citoyens

De garder la proximité oui, mais savoir aussi s’ouvrir aussi à un nouvel espace de vie et de services.

 

Dans les périodes fragiles et mouvementées que nous traversons, il convient de donner toutes ses chances à la coopération…  pour  répondre aux défis de notre siècle et aux besoins des générations futures : ceux du développement durable et du respect de notre environnement, ceux des nouvelles technologies avec l’accès au très haut débit, ceux du déplacement et d’une politique de transport sur notre territoire, ceux de l’accès aux services de soin et de santé, de la petite enfance à la personne âgée,…

 

C’est dans cette perspective que doit s’inscrire ce projet de Communauté d’agglomération.

-         2013 une « année volontaire » pour vous parler de 2013 bien sûr mais pas seulement. Une année volontaire pour commencer aussi, à vous parlez de 2014… 2015, 2016 à 2020 :

Ni voyez pas là un message électoral l’heure n’est pas venue, mais seulement une responsabilité :

-         Celle de continuer à tracer des perspectives et de travailler à l’avenir de notre ville.

-         Celle d’aller au-delà,   de la durée de notre mandat qui se terminera dans près d’1 an au mois de mars 2014, et de préfigurer « dès à présent », les projets qui dessineront « Cerizay demain ».

 

A l’horizon 2014 :

-         L’ouverture d’une « Maison de santé » ;

-         La réception des « Logis de la Cressonnière » ;

-         La mise en service d’un réseau de chaleur bois…

De tout cela j’en ai déjà parlé. Mais bien au-delà :

-         Dessiner l’aménagement des avenues du Général de Gaulle et de la Promenade ;

-         Esquisser  l’embellissement de la Place Mendes France ;

-         Imaginer la transformation du quartier habitat de la Gourre d’or, pour lequel déjà, la destruction d’un immeuble HLM est programmée ;

-          Envisager la création d’un second réseau de chaleur bois qui alimentera les équipements situés autour du Puy Genest.

 

Les services travaillent déjà à certaines de ces perspectives.

Ces réflexions sur l’avenir de Cerizay sont aujourd’hui rendues possibles grâce à une gestion déployée depuis 2008.

- Une gestion qui a consisté certes, à « tout maîtriser, mais sans rien renoncer » à nos projets et à nos valeurs.

- Une gestion au plus près de nos besoins, sans recours à l’emprunt diminuant sensiblement notre endettement communal, nous permettant ainsi,  d’entrevoir pour demain, des marges de manœuvre budgétaires et financières nécessaires, à la réalisation des projets indispensables à l’évolution de notre Ville et à la qualité de vie de ses habitants.

 

-         Une année volontaire aussi,  pour continuer d’être à vos côtés :

Car pour assurer notre cohésion sociale, plus que des biens, c’est de liens dont nous avons besoin.

-         Continuer d’être au plus près de vous : ce sera le cas tout au long du mois de février avec les traditionnelles réunions de quartiers, au cours desquelles les élus viennent à votre rencontre, pour présenter les projets certes,    mais aussi pour vous écouter, échanger, dialoguer,…

-         Pour mieux s’entendre et se comprendre, pour ne pas rajouter à la crise économique et sociale        une crise morale et de comportements, pour que le respect, la tolérance, la recherche de l’intérêt général l’emportent sur l’individualisme, le chacun pour soi et la quête de ses seuls intérêts particuliers.

 

-         2013,  une année volontaire enfin,  pour donner toutes ses chances d’avenir à la jeunesse.

Ce soir nous avons voulu mettre en avant la jeunesse de Cerizay : la carte de vœux est à leurs visages, le film de la ville leur est dédié, les 1ers rangs de la Griotte, habituellement conservés aux personnalités, leur ont été réservés.

Pas par commodité pratique, mais comme un message. Un message pour dire à la jeunesse cerizéenne, toute l’attention que nous leur portons, car ils sont l’avenir de notre commune,  et de prouver que notre ville est capable de leur faire une place.

Dans une période ou pour les jeunes, trop d'opportunités se ferment et trop de rêves ne se réalisent.  Trop de maux leur sont attribués,  trop de méfiances leurs sont jetées,  trop d’amalgames leurs sont assimilés.

Parce que la « Jeunesse ne vient pas au monde, mais qu’elle est constamment de ce monde » (Paul Eluard)… nous devons aussi nous rapprocher d’elle, l’entendre, l’écouter, savoir dialoguer avec elle.

Si la jeunesse est notre avenir, à Cerizay par ses engagements au quotidien au service de notre ville, elle écrit déjà le présent :

-         quand chaque semaine plus de 200 enfants s’adonnent au football sur les terrains de sport : ils sont encadrés par des jeunes

-         quand chaque mercredi la salle Rabouant accueille plus de 100 enfants sur les terrains de basket : ils sont encadrés par des jeunes

-         quand chaque week-end tous ces jeunes sportifs se retrouvent sur les terrains de sports pour leurs compétitions respectives : ils sont arbitrés par des jeunes

-         quand la fête de la musique rassemble chaque 21 juin plusieurs centaines de personnes dans le centre ville : on le doit à la participation des jeunes

-         quand plus de 11 500 personnes sont venues au cinéma de Cerizay durant l’année 2012 : elles ont été accueillies par des jeunes

-         quand le centre de secours de Cerizay arrive à renouveler ses effectifs de sapeurs pompiers bénévoles, pour peut être demain, sauvez des vies : on le doit à l’engagement des jeunes

A une période ou nous avons besoin que chacun donne un peu de soi-même pour améliorer notre sort commun… les jeunes donnent déjà beaucoup d’eux-mêmes.

 

Dans la recherche de ce lien avec la jeunesse, la ville de Cerizay prend sa part :

Revenu Minimum Etudiant (dont les barèmes seront révisés à la prochaine rentrée scolaire pour toucher encore plus de jeunes) ; « coup de pouce » au projet de jeune ; recrutement d’emplois saisonniers ; emploi d’insertion ; accueil de stagiaires et d’apprentis ; résidence habitat jeunes avec l’association Point de Mire, création d’un espace cyber jeunesse en 2012….

 

La ville de Cerizay prend sa part, pour faire une place aux jeunes et donner une chance à leurs envies et à leurs rêves.

En 2013 elle continuera d’être au côté de la jeunesse dans la lutte contre le chômage. Sur ce début d’année,  3 jeunes de moins de 20 ans ont intégré les services municipaux et la Cressonnière en « emploi d’avenir ». Un 4ième recrutement est prévu au cours de l’année.

 

Nous vivons une époque singulière. Une époque, ou face aux difficultés, tout nous invite à vouloir retrouver le « temps d’avant »,  pour mieux fuir le « temps d’après »… que pourtant nous ne connaissons pas.

Une époque singulière, où en dépit des circonstances difficiles, nous devons en permanence, chercher l’espoir et garder notre détermination pour avancer avec la volonté de construire des lendemains meilleurs.

Vous pouvez comptez sur notre détermination pour que 2013 ne soit pas une année inutile, ni une année immobile, mais une « année volontaire ».

 

On le doit pour Cerizay.  On le doit pour sa jeunesse.

Je vous remercie de votre attention.