Accueil Présentation Après 1960
logo_facebook

Portail Famille
Historique, après 1960 PDF Imprimer

Après 1960

Lors de la visite du Général de Gaulle en 1963, Cerizay compte 3 100 habitants et dix entreprises emploient 1 500 ouvriers.

Le Cerizay d’aujourd’hui (un peu moins de 5 000 habitants) est en effet né de la guerre. La reconstruction de la ville a dopé les énergies et favorisé les initiatives. La seconde moitié du XXème siècle verra la jeune industrie cerizéenne se transformer profondément et la plupart des petites entreprises de l’entre-deux guerres disparaître ou se transférer ailleurs.

Mais l’une d’entre elles, la carosserie Heuliez, va connaître un développement exceptionnel et bien au-delà des limites de la ville et du canton. De nouvelles industries vont de plus apparaître, créant des emplois féminins dans la confection (CSV avec Cousseau, la Confection Familiale avec Aubert). Je n’énumèrerai pas toutes les entreprises aujourd’hui présentes à Cerizay, dont quelques-unes seulement sont issues de la galaxie Heuliez. Elles sont nombreuses, et certaines d’entre elles irriguent d’emplois le canton et le Bocage, sont exportatrices et parfois à la pointe de leur technologie, telles, entre autres, Wesco, l’imprimerie Fazilleau…

Durant les Trente Glorieuses, la population a plus que doublé. On le doit à la modernisation rapide du monde rural et à l’exode vers le bourg-centre, mais aussi à un apport original de population extérieure. Les besoins de main d’œuvre à la fin des années 60 étaient tels qu’Heuliez fit appel à l’immigration portugaise, si bien que les Portugais – un modèle d’intégration – représentent en l’an 2004 près d’un cinquième de la population. Après avoir constitué, dès 1989, un conseil municipal associé, le contexte légal ayant évolué dans le cadre de la construction de l’Europe, Cerizay compte aujourd’hui trois conseillers portugais et une conseillère naturalisée. L’immigration portugaise a cessé, mais aujourd’hui comme hier, les Cerizéens offrent aux nouveaux habitants attirés par l’activité industrielle du Bocage accueil et hospitalité.

Plutôt que d’être qualifiée comme dans les années 50 de cité ouvrière rurale, Cerizay se targue en ce début de XXème siècle d’être une ville industrielle du Bocage, moteur d’innovation, marquée par l’immigration et le dynamisme. Elle est caractérisée par son environnement vert, son domaine de la Roche et sa campagne. Celle-ci a vu, fin XXème siècle, se concentrer les exploitations agricoles et se moderniser les circuits de distribution des productions fermières.

L’évolution de l’industrie avait interrogé dans les années 80 la ville sur son image urbaine et notamment auprès des nouveaux habitants qu’on voulait voir se fixer.

Le réaménagement du centre-ville, engagé en 1987, est aujourd’hui bien avancé.

Avec la Griotte, nouvelle salle de spectacles et de manifestations diverses, la réalisation du terrain de sport synthétique, la restauration du château de la Roche le transformant en gîte de groupes, la construction imminente d’un espace aquatique ludique, le projet d’aménagement d’une Maison de l’Enfance au château de Puy Genest acquis par la ville en 2003, sans compter la réhabilitation de la place de la République et de la Résidence du Bocage, Cerizay offre l’image d’une ville résolument tournée vers l’avenir. Il reste cependant encore des bâtiments anciens à rénover, l’activité commerciale s’étant concentrée depuis les années 80.

En périphérie de la ville, lotissements, zones artisanales et parcs industriels se développent, et les études en cours concernant la déviation sud-ouest permettent d’envisager sa réalisation à l’horizon 2007.

La vie sociale est active, avec des formules originales de solidarité, par exemple pour la petite enfance, les étudiants (Revenu Minimum Etudiant), l’emploi et l’aide aux personnes (espace Emploi), comme en matière de prévention. La vie culturelle se développe avec la mise en place d’un service culturel au sein de la mairie travaillant en réseau avec la bibliothèque municipale, les structures voisines nées de l’intercommunalité, et, bien sûr, les nombreuses associations qui dynamisent la vie locale. Un cinéma, une radio locale, une école de musique intercommunale et un centre socio-culturel complètent la gamme des structures ouvertes aux habitants. En matière d’équipements sportifs Cerizay a tout d’une grande, permettant ainsi d’offrir des activités pour tous les goûts et tous les âges.

Les nouveaux enjeux auxquels la ville est aujourd’hui confrontée sont ceux de la décentralisation et du développement durable. Cependant les partenariats au sein de la communauté de communes Delta Sèvre Argent, par conventionnement avec les entreprises et des services publics, la diversification industrielle et le développement économique et social permettent à Cerizay de commencer ce nouveau siècle dans la confiance, avec la même énergie innovatrice dont les habitants ont su faire preuve au cours de siècles passés.

source M. Michel CHATRY (conseiller municipal de 1989 à 2001)